1.Un marché plus ouvert et transparent

Evolution de la réglementation

 

    1 juillet 2009 : sous la pression du gouvernement, banques et assureurs se sont engagés à distribuer une

 

fiche d'information standardisée à leurs clients, leurs permettant de mieux appréhender les garanties de leur

 

contrat.

 

   2 juillet 2010 : parution au journal officiel de la loi N°2010-737 du 1er juillet 2010.

 

Ce texte vise " à garantir une commercialisation responsable du crédit à la consommation et une meilleure

 

prévention du surendettement". Dans son article 21, il rend indépendant le pret et le contrat d'assurance, ce

 

qu'ont appelle communément la "déliaison" et permet à l'emprunteur d'imposer l'assurancede son choix lors de la

 

conclusiond'un crédit immobilier sous réservequ'elle présente un niveau de garantie équivalent (le préteur ne

 

peut pas refuser en garantir un autre contrat d'assurance dès lors que ce contrat présente un niveau de garantie

 

équivalent au contrat d'assurance de groupe qu'il propose Article L.312-9 du Code de la consommation). En outre

 

si la banque refuse, elle devra le motiver et le notifier par écrit à l'emprunteur. Elle ne peut pas modifier le

 

conditions de taux fixe ou variable prévues en contrepartie de son acceptation en garantiedu contrat d'assurance

 

apporté par l'emprunteur ( Article 21:...Le préteur ne peut pas modifier les conditions de taux du pret prévues

 

dans l'offre définie à l'article L 312-7, que celui-ci soit fixe ou variable, en contraprtie de son acceptation en

 

garantie d'un contrat d'assurance autre que le contrat d'assurance de groupe qu'il propose). L'assureur est tenu

 

d'informer le prêteur du non-paiement par l'emprunteur de sa prime d'assurance ou de toute modification

 

substantielle du contrat d'assurance.

 

1er septembre 2010 : application de cette mesure.

                                                                                                                          DES COTISATIONS EN HAUSSE DE 6 % en 2009                                   

 

 

  2001       2002             2003        2004         2005      2006         2007            2008        2009 
                6.9               7.4 
              6.4  
            5.9    
          5.5      
        5.1        
      4.6          
    4.3            
  3.9              

 

 

 

Plus de 7 millards d'euros de cotisations. Voilà ce que représentait, selon les derniers chiffres de la FFSA, le

 

marché de l'assurance emprunteuren France en 2009, soit un montant de primes équivalent à 0.8% de l'encours,

 

de crédit.

 

Les cotisations de l'assurance emprunteur connaissent une progression régulière en moyenne de 8% chaque

 

année depuis 8 ans.

 

Les prets immobiliers ont progressé de 4% en 2009 contre 5% pour les prets professionnels.

 

L'étude révèle par ailleurs que 66% du chiffre d'affaires du secteur lié à des prets immobiliers et que 69%

 

correspond à des garanties décès, contre 28% pour l'invalidité-incapacité et 3% pour la perte d'emploi.

 

                                                                                                       UNE CONCURRENCE PLUS VIVE

 

 

Le marché de l'assurance emprunteur est donné par les contrats groupes des banques.

 

En 2009, ceux-ci drainaient 90% du volume global des primes, contre seulement 10% pour les contrats à

 

adhésion individuelle souscrit par le client au titre d'une délégation d'assurance (une part qui monte à 14% pour

 

les seuls prets immobiliers). Cette part a été plus importante par le passé (2007 : 30% environ) jusqu'à ce que

 

les banques réagissent en affinant leurs offres, en rachetant les principaux courtiers en ligne en développant les

 

refus purs et simples de délégations, note l'Autorité de la concurrence de son avis du 7 octobre 2009.

 

 

Agefi actifs n°429 - du 15 au 21 janvier 2010.

 

Les pionniers de la délégation d'assurance sont AFI EUROPE, ALICO, APRIL, CARDI ou GENERALI, ils ont

 

développé des offres individuelles plu segmentées : tarifs réservés aux non fumeurs, aux femmes...

 

La loi Lagarde a incité de nouveaux acteurs à se positionner sur ce marché. MAAF, MAIF, MAIF ont lancé

 

récemment de nouveaux produits. 

                                                                                                         DES CIBLES APPETENTES

 

 

Les catégories socio-professionnelles présentant le taux de détention le plus élevé d'un emprunt immobilier sont

 

les professions libérales, les agriculteurs ( confirmé par l'enquete réalisée auprès des intermédiaires en

 

septembre 2009), puis les artisans, commerçants, industriels et les cadres.

 

80% des ménages endettés pour motif professionnel appartiennent à des CSP ne représentant que 7.6% de la

 

population (artisans, commerçants, industriels, agriculteurs et professions libérales). 

 

 

Le mouvement de rajeunissement de la clientèle des emprunts immobiliers marque le pas avec me retour de

 

clientèles plus avancées dans le cycle de la vie(les plus de 35 ans). La part des ouvriers et employés ne

 

progresse plus, et commence à céder du terrain aux autres professions ( commerçants, artisans, agriculteurs,

 

retraités et cadres). De meme, la part des ménages modestes dans le neuf commence à reculer pour la première

 

fois depuis 2005  mais elle résiste encore dans l'ancien ( débloquage trop lent de la revente).

 

A noter 10% des salariés retraités sont endettés en immobilier.

 

 

 

 

 

 

     COMMENT NOUS JOINDRE ?

 

Atlanconseil

12 RUE ROPERT  ou

16 QUAI ST PIERRE

44420  LA TURBALLE

Téléphone : 02.40.11.80.70

       fax: 02.40.11.75.40

        Mail: cpgrr@wanadoo.fr

ORIAS 07009078

Du LUNDI au VENDREDI : DE 9H A 12H30 ET DE 14H A 17H30   ( En dehors de ces horaires un répondeur est à votre disposition)

Actualités

 

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre entreprise.

 


Appel

Email

Plan d'accès